Mouvement

La peinture de Jacky Chevaux est de style réaliste-onirique



Le réalisme, l’onirisme qu'est-ce que c'est ?
Quelques précisions...


Le réalisme :
Le courant réaliste présente souvent plusieurs degrés de référence au réel : certains cherchant à dépeindre la réalité telle qu'elle est, sans artifice et sans idéalisation, d’autres au contraire ajoutent au rendu fidèle des choses un désir d’ennoblissement. Ce courant perdure jusqu’en 1950 environ, il est notamment supplanté par le symbolisme et le surréalisme auquel on associe très souvent à tort l’ensemble de l’œuvre de Jacky Chevaux.
On pourrait aussi, par certains côtés, apparenter Jacky Chevaux aux peintres de la réalité-poétique. Comme eux, Jacky était comme eux obsédé par la lumière et tendu vers la sincérité. En suivant leur sentiment et en visant la vérité, ces peintres ont, tout comme Jacky Chevaux, du même coup atteint la poésie.
Mais Chevaux est surtout réaliste par son trait, avec un souci du détail hyper-poussé et par sa maitrise du trompe-l’œil.

L'onirisme :
Dans les sujets, Jacky Chevaux, comme d'autres artistes du genre, s’inspire autant de la réalité du monde qui nous entoure tous, que du monde onirique, c’est-à-dire des rêves et cauchemars, il mêle ces deux monde et crée une fenêtre vers un univers propre dans lequel le spectateur rentre et plonge.
Si Jacky Chevaux assumait bien ce grand écart entre deux monde en se qualifiant de "réaliste-onirique" d'autres ont besoin de simplifier. Le monde du rêve étant à la frontière de notre monde et de l’imagination certains qualifient tout simplement ces univers de « fantastiques » et par extension toutes les formes d’art (autant littéraires que visuelles) qui y font référence.


Le fantastique dans l’art


Il est vrai que l’imagination de Jacky Chevaux est foisonnante et que son œuvre puisque souvent onirique est forcément souvent fantastique au sens artistique du terme :
C’est-à-dire que l’on transgresse le réel en se référant  au rêve, au surnaturel, à la magie, aux mythes, à l’héroïc-fantasy, à l’épouvante ou à la science-fiction. Ces trois derniers points ne sont pas des références pour Jacky Chevaux alors que le rêve, le surnaturel, la magie ou les mythes sont eux effectivement très présents dans l’œuvre de Chevaux.

Un courant non officiel :
Si le fantastique ou l’onirisme n’est pas encore reconnu officiellement comme un mouvement bien déterminé dans l’histoire de l’art, il a été « visité » depuis les origines par les artistes qui, au cours des siècles, l’ont fait émerger dans leurs œuvres. Des êtres hybrides, des métamorphoses, des ambiances surnaturelles ont nourri ou créé des univers fantastiques.
Certains artistes ont utilisé le fantastique en références à la symbolique religieuse comme Jérôme Bosch ou à la mythologie comme Gustave Moreau.
D’autres artistes ont fait appel au fantastique pour « illustrer » des courants de pensée liés à des mouvements artistiques et littéraires. C’est ainsi que le fantastique a émergé dans le romantisme avec Johann Heinrich Füssli, Caspar David Friedrich, dans le symbolisme avec Arnold Böcklin, dans l’art nouveau avec Fernand Khnopff, Gustave Klimt ou Walter Crane, dans le surréalisme avec Salvador Dali (avec qui Jacky Chevaux exposa en 1968), Renée Magritte ou Max Ernst, et également dans le mouvement Cobra avec Karel Appel, Corneille ou Pierre Alechinsky qui utilise des procédés aléatoires pour créer des figures imaginaires.
D’autres artistes créent des figures hybrides, magiques, surnaturelles, des bestiaires imaginaires ou encore des architectures étranges ainsi on peut penser aux portraits d’Arcimboldo, à Hokusai et ses célèbres fantômes ou à Desiderio et ses bâtiments en ruines.
D’autres encore créent une interaction avec des œuvres poétiques comme Jacques Prévert et ses collages ou William Blake.

Voir la galerie



Visionirique et Magique Réalisme


Plus récemment ces artistes sont regroupés sous l’appellation visioniriques
ou encore artistes du mouvement Magique Réalisme.


Cependant, Jacky Chevaux préférait le terme de réaliste-onirique car le terme de « réalisme magique »  avait déjà été appliqué à un mouvement plus couramment appelé La Nouvelle Objectivité. Ce mouvement, né en Allemagne entre les 2 guerres, était une réaction contre l’expressionisme et sera supplanté par le surréalisme. Même si des rapports inédits sont instaurés avec les personnages, les objets, les paysages comme on peut le voir chez Franz Sedlaceck, l’essentiel de ce mouvement ne correspond pas au mouvement Magique Réalisme actuel.

Parmi les artistes visioniriques ou réalistes-oniriques, on pourrait citer :
H.R. Giger (père du célèbre Alien, avec qui Jacky exposa en 1982), Roger Dean, Di-Maccio, John Howe, Peter Gric, Boris Vallejo, Jacek Yerka, Wojtek Siudmak, Andrei Vereshchagin, Jochem Van Wetten artiste digital, Jacques Resch, Tomek Setowski, Viktor Koen, Emile Morel, Tomasz Alen Kopera, Thor Lindeneg, Jef Bertels, Michael Cheval, Bruno Di Maio, Alex Fishgoyt, Arnau Alemany, Craig "Craola" Simkins, Daniel Merriam, Heidi Taillefer, David M Bowers, José Roosevelt (particulièrement ses premières années et ses dessins papiers et encre), Daniel Merriam, Sergei Aparin, Lukas Kandl, Georges Grie, Carl Warner et Andre Martins de Barros (descendants d’Arcimboldo !), les photographes Robert et Shana ParkeHarrison, le sculpteur Kris Kuksi …et beaucoup beaucoup d'autres !!!

Voir la galerie